COPEFAT 2018 à CERFROID 
Réunion annuelle de tous les supérieurs généraux de la famille trinitaire à Cerfroid ( 2- 3 juin)


" L'assemblée intertrinitaire est le signe de communion de toute la Famille et à travers ses représentants, dans l'esprit de charité, cherche le bien de toute la Famille dans sa vie et dans sa mission" Statuts du COPEFAT n°11

FÊTE DE LA SAINTE TRINITÉ 2018
En ce jour de fête, la communauté de Cerfroid a eu la joie et l'honneur de prier et de vivre cette journée avec les Sœurs Trinitaires de Paris, les laïcs trinitaires de Cerfroid et de Paris, ainsi que  et les paroissiens de Saint Felix de Valois avec le curé Père Alban et tous les amis trinitaires.
RENOUVELLEMENT DES VOEUX
LES 4 JEUNES PROFESSES
LES PROFESSES PERPETUELLES
LES FRÈRES TRINITAIRES
LES LAÏCS DE CERFROID ET DE PARIS
MERCI à TOUS!
Viens, Esprit Saint !
Emplis le cœur de tes fidèles !
Allume en eux le feu de ton amour !
Homelie de père Aldo pour ce dimanche de la PENTECÔTE B
« L’Esprit de vérité… rendra témoignage en ma faveur »
(Jean 15, 26-27 ; 16, 12-15)
C’est la Pâque du Seigneur ! Le Christ ressuscite et nous donne sa vie. Il monte au Ciel, rejoignant son Père dans la gloire et se rendant présent à ses frères et sœurs de façon mystérieuse mais tout aussi efficace et vraie. Sa mission de glorification se poursuit en nous par son Esprit Saint. Le Christ nous donne cette force prodigieuse et fécondante, cette puissance divine d’amour et de sanctification pour vivre notre vocation nouvelle et notre transformation intérieure. L’Esprit du Père et du Fils nous est prodigué en abondance et par lui, nous restons unis au Corps mystique du Christ et entrons en relation filiale avec le Père Eternel. Par lui, nous restons en communion avec la Trinité Sainte et avec nos frères et sœurs. Par lui, tout est possible car il est l’amour et l’amour est l’identité de Dieu. Bien loin d’être abandonnés par l’Ascension du Fils, bien loin d’être laissés à nous-mêmes par le face-à-face éternel du Père et du Fils, l’Esprit nous introduit dans cette intimité et nous emporte dans le tourbillon d’amour trinitaire. C’est l’Esprit qui nous y prépare, nous purifie, nous transfigure. C’est l’Esprit qui agit aujourd’hui dans nos cœurs, nos âmes, nos esprits et nos corps. C’est l’Esprit qui agit dans l’Eglise, les communautés, les familles. C’est Lui qui anime le monde et sanctifie l’univers par la puissance vive et dynamique de la Résurrection. Ouvrons-nous à l’amour !
1.       La Résurrection, l’Esprit en action.
L’Esprit Saint n’a rien à voir avec les esprits ou les énergies cosmiques. Tout ce qu’on entend dans les médias ou dans les élucubrations ésotériques ne concerne pas l’Esprit de Dieu.  Certains essaient de réduire l’Esprit Saint à une force divine inconsistante, informe ou impersonnelle. Il ne s’agit pas de l’Esprit de Jésus Christ mais d’idées farfelues ou de gloses païennes. L’Esprit du Christ est l’Esprit qui unit le Père et le Fils et qui agit de façon efficace mais respectueuse de la liberté humaine. L’Esprit est une Personne Divine avec toute son autonomie et toute sa consistance personnelle, unie certes en la divinité unique pour former la Trinité Sainte. L’Esprit Saint est l’agent créateur, sanctificateur, révélateur, amour du Père et du Fils. Il procède du Père et du Fils, fruit de leur amour et joie de leur union.
L’Esprit créateur : c’est toute la Trinité qui crée l’univers et c’est l’Esprit qui l’anime, lui donne souffle, lui donne énergie et vitalité. Il est au cœur de la matière comme au cœur de l’esprit. Il donne âme à l’humanité et amour. Cette force d’amour attire tout à Dieu et ouvre à la transcendance le cœur humain. Cet élan d’amour, physique, psychologique, spirituel… vient de lui. Amour, il élève vers l’Amour. Il est le dessein de Dieu inscrit dans l’univers qui porte cet univers vers le Divin.
L’Esprit sanctificateur : c’est toute la Trinité qui sanctifie et c’est l’Esprit qui y prépare et le permet. On connaît cette longue pédagogie divine qui a préparé à l’Incarnation et à la Résurrection. L’Esprit sanctifie le Peuple de Dieu et l’individu par la rencontre de l’amour. Il purifie du péché, le non-amour. Il sanctifie les cœurs et les corps. Il illumine l’esprit et la raison. Il donne force et vitalité à notre créativité. Il unit à Dieu en éliminant les barrières, en nous préparant au face-à-face, en nous introduisant dans la relation filiale.
L’Esprit du Fils : c’est toute la Trinité qui a sauvé l’homme de la perdition et du péché, de l’enfer éternel et du non-amour. L’Esprit a permis l’Incarnation, à animer Jésus de Nazareth et lui a révélé son identité véritable. Il a comblé son cœur de Fils en l’unissant au Père, l’a rendu capable du don suprême sur la croix et l’a ressuscité des morts. L’Esprit est donné aux disciples et à tout homme, toute femme ouvert à sa liberté et à la filiation. C’est l’Esprit du Fils. C’est l’Esprit du Père. C’est l’Esprit, unité du Père et du Fils. Personne et non énergie impropre. Amour qui agit et performe. La Résurrection le propulse dans nos vies pour nous identifier au Fils et ainsi être les fils et filles du Père.
L’Esprit de vérité : c’est toute la Trinité qui est vérité et révélation. Dieu d’amour, elle nous attire à elle pour partager et vivre de cet amour éternel. L’Esprit est vérité : il susurre à nos oreilles les mots d’amour du Père, il livre à nos cœurs les secrets d’amour du Fils, il suscite l’élan d’amour vers la Trinité et le désir immense de la communion. L’Esprit parle au nom du Fils et exprime ainsi la volonté du Père. Il apaise nos cœurs et enflamme nos corps. Il est lumière pour la raison et joie pour la foi. C’est lui, l’amour agissant en nous et nous propulsant en la Trinité. Unis au Fils et partageant le face-à-face éternel, nous ‘spirons’ l’Esprit dans l’éternité divine !
2.       La Résurrection, l’Esprit d’amour révélé
On ne peut parler de l’Esprit qu’en considérant son œuvre au cours de l’Histoire Sainte. C’est son action qui le définit, sinon on tombe dans l’imagination et des constructions intellectuelles et spirituelles douteuses. L’Esprit est présent tout au long de la Bible et s’est montré tel qu’il est. Des images le concernent (feu, vent, souffle, tempête, nuée…) dans l’Ancien testament et le révèle mieux dans le Nouveau testament (colombe, tonnerre, flammes…). Jésus en parle comme d’une Personne, autonome et libre. Il est un en Lui et avec le Père. De fait, il est l’unité du Père et du Fils.
L’Esprit, Personne Divine : on doit insister sur ce point puisque l’Esprit est une personne à part entière. Il n’est pas un esprit dans lequel Jésus agirait pour se différencier. Il est vraiment personnel et sa mission est essentielle à l’œuvre de Rédemption. Jésus n’agit que par lui et même, ne prie que par lui. Il meurt en lui et ressuscite en lui. Il le donne en partage à ses disciples à la Pentecôte pour les unir à lui et demeurer dans son amour.
L’Esprit d’amour : on doit insister à dire que l’Esprit est l’Esprit d’amour du Père et du Fils. Unité des deux et autonomie. Fruit éternel des deux mais personne entièrement autonome. Amour des deux mais troisième d’une unité éternelle. L’Esprit est l’amour qui sourd de la relation éternelle du Père et du Fils. L’extraordinaire de notre vocation de fils/filles du Père est que, unis au Corps du Christ et emportés avec lui au cœur de l’amour divin, nous sommes intégrés à la communion éternelle et que nous partageons désormais tout l’élan éternel en Dieu jusqu’à ‘spirer’ l’Esprit dans la relation d’amour Père/Fils. Quoi de plus fabuleux ? L’amour de Dieu pour nous est allé jusque-là ! Notre relation filiale va jusque-là, sinon c’est une farce grossière et malhonnête.
3.       Conclusion : l’effusion de l’amour.
L’Esprit a été donné au monde et agit dans l’univers. Il sanctifie l’univers et l’humanité pour les préparer à la rencontre d’amour. Cet amour qui est Dieu et qui n’accueille que l’amour en son sein.
L’Esprit a été donné aux disciples du Christ pour en faire ses frères et sœurs. Il les prépare à l’extraordinaire rencontre dans la filiation acceptée et vécue. Dès maintenant, l’Esprit est donné en abondance pour vivre d’amour. Pour l’éternité, l’Esprit nous unit au Père et au Fils dans la communion trinitaire. ‘Esprit de feu, Esprit de Dieu, Viens Amour du Père et du Fils, enflamme nos cœurs en toi et emporte-nous au cœur de l’amour trinitaire’.  Bonne fête à tous.                  A.B.
BONNE FÊTE DE LA PENTECÔTE à tous!

INVITATION pour la Fête de la Sainte Trinité le dimanche 27 Mai 2018

A Toi louange,
A Toi gloire,
A toi action de grâce,
Dans les siècles éternels,
O bienheureuse Trinité.
              

               






Chers frères, sœurs et amis

             La Communauté de Cerfroid est heureuse de vous inviter à venir prier et rendre grâce à Dieu Trinité avec elle le dimanche 27 Mai 2018 en la fête de la SAINTE TRINITE. La Messe aura lieu à Cerfroid, à10h 30. Au cours de laquelle, les Religieux, les Religieuses et les Laïcs Trinitaires renouvelleront  leurs Vœux et leur promesse à Dieu Trinité.

Après la Messe, nous prendrons un pique-nique tiré du sac dans le parc.

comptons sur votre présence et votre prière.

Fraternellement

La Communauté de Cerfroid

3ème DIMANCHE après PÂQUES

" Comme ils en parlaient encore, Jésus, lui-même fut présent au milieu d'eux.
Luc 24, 35-48
En ce temps -là, les disciples qui rentraient d’Emmenés racontaient aux onze apôtres  et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit.
Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins.
REFLEXION SUR L'EVANGILE
Cet évangile me suggère trois réflexions. La première concerne la salutation par laquelle Jésus introduit son dialogue avec ses amis « La paix soir avec vous ». Apparemment banale ce souhait que l’on retrouve dans les autres religions monothéistes, le Judaïsme et l’Islam, affirme ainsi que toute référence à Dieu ne peut se vivre que dans une perspective de paix. Ainsi est condamnée sans équivoque l’utilisation de la violence par ceux qui se réclament de Dieu. Cette salutation ouvre sur la fraternité universelle construisant la paix entre les peuples comme entre les individus.

 Ma seconde remarque concerne toutes les manifestations de Jésus ressuscité. Curieusement il n’est jamais reconnu à son apparence : les disciples d’Emmaüs pense que c’est un étranger qui les a rejoint sur la route, Marie de Magdala est persuadée que la personne qu’elle voit est le jardinier de ce cimetière. Dans notre évangile également Jésus doit donner des signes pour que ses amis puisse le reconnaître comme vivant. Ce n’est pas son apparence mais seulement des signes qui permettent, dans la foi, de connaître la présence du vivant. C’est la fraction du pain pour les deux disciples d’Emmaüs, c’est le nom de Marie devant le tombeau, ici ce sont d’une part les plaies de ses mains et de ses pieds et une nourriture partagée qui permettent aux disciples de reconnaître leur Seigneur. C’est à des signes que nous pouvons reconnaître la présence du Seigneur.


    D’autre part, les signes que donne Jésus ressuscité renvoient toujours à des évènements vécus avec lui avant sa mort : la dernière cène, l’amitié entre Jésus et Marie, la crucifixion. Ces signes font donc appel à la mémoire des amis de Jésus. C’est en se rappelant tel ou tel événement vécu avec leur maître, qu’ils vont passer de l’incrédulité à la foi. N’en est-il pas de même pour nous? N’est-ce pas la mémoire de tel ou tel moment spirituel particulièrement fort et lumineux pour notre vie, qui confirme notre confiance en Jésus vivant. C’est cette expérience spirituelle passée qui vient renforcer notre confiance et nous permet d’avancer sur notre route.
   Nous faisons tous l’expérience de nombreux signes de Dieu dans notre vie, signes que nous ne comprenons souvent que longtemps après. Nous rappelant tel ou tel événement heureux ou douloureux de notre vie, nous pouvons dire en vérité : Dieu était là et il m’a soutenu et encouragé. C’est souvent après que nous prenons conscience de la présence dans notre vie du Vivant.
    Ma troisième réflexion porte sur la phrase  qui conclut notre évangile : « Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures ». C’est un des aspects importants de la présence du ressuscité dans notre vie. C’est cette même parole que Jésus dit aux disciples d’Emmaüs : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !.. Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait » Lc 24, 25-27. N’est-ce pas une demande essentielle de notre prière : Seigneur, aide-nous à comprendre le sens de ta Parole car nous savons que ta Parole est une parole de vie pour nous comme pour toute l’humanité. La méditation de la Parole de Dieu sous l’inspiration de l’Esprit Saint est une condition majeure pour construire notre vie chrétienne et la paix dans le monde
Résultat de recherche d'images pour "bon dimanche gif"

MAISON DE LA TRINITE- CERFROID
Maison d'accueil

02810 BRUMETZ
Tél. : 03 23 71 44 39
Mobile : 06 07 23 27 19

Courriel : cerfroid@wanadoo.fr
Blog : http://comcerfroid.blogspot.com

        
Un espace accueillant :
La Maison de la Trinité de Cerfroid, fondée en 1193, berceau de l’ordre des Trinitaires, au sein d’un cadre naturel et magnifique, offre la possibilité de se ressourcer et de faire une expérience de vie spirituelle centrée sur la Trinité.
L’hôtellerie :
La « DOMUS TRINITATIS » de Cerfroid est une Maison où l’on vit dans un esprit familiale, un lieu où des sœurs, des frères et  des laïcs, sont heureux de vous accueillir.
Elle  offre  l’hospitalité à toute personne, seule ou en groupe, qui désire vivre un ou plusieurs jours dans un lieu de prière, pour un temps de retraite, de récollection, repos…
Capacité d’accueil :                                 (37 personnes)
§         15 chambres dont 8 à deux lits avec douches et sanitaires    individuels
§   14 chambres individuelles avec lavabos (Sanitaires et   douches à l’étage en commun)
§    Une grande salle avec cloison amovible.
§    3 salles qui peuvent contenir de 10 à 20 personnes
§    La chapelle de la communauté.
Tarifs :
§           Pension complète : entre 35 à 50€
§    Paiement acceptés : espèces, chèques

Tarifs communiqués à titre indicatif. Pour plus de précision, contacter directement la responsable de la maison d’accueil au (06 07 23 27 19)



·         
·     

2ème DIMANCHE DE PÂQUES
DIMANCHE DE LA DIVINE MISERICORDE

Image associée
« Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Voilà que, huit jours plus tard, « Jésus vient (…) et il était là au milieu d’eux. » Cette rencontre de Thomas avec le Seigneur ressuscité est pour nous comme un modèle d’acte de foi au Christ. « Les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. »Imaginons comment il a vécu le moment où le Christ a franchi la porte et est entré dans cette salle. Voilà qu’il s’entend dire avec beaucoup de bonté et peut-être un petit sourire : Thomas « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant ». Il est bouleversé de joie en voyant le Seigneur, tellement heureux de s’être trompé, tellement heureux que les autres aient eu raison ! Parfois, c’est un grand bonheur de reconnaître ses torts ou ses erreurs…

Souvent, dans l’iconographie – les peintures, les broderies, les vitraux… -, on représente saint Thomas en train de toucher les plaies de Jésus ou de mettre sa main dans son côté. Mais l’Évangile ne le dit pas. Il rapporte simplement l’invitation que Jésus lui fait de venir toucher. Personnellement – mais on peut penser le contraire ! -, je suis convaincu que Thomas n’a pas touché les plaies de Jésus. Dans sa confusion, il n’a pas osé. Il était tellement comblé que Jésus soit là, ressuscité, devant lui !

Lorsque Jésus est entré dans cette pièce, Thomas a dû se prosterner immédiatement devant lui, et il n’a pas eu besoin de toucher son corps et ses plaies ! Entendant le Christ l’appeler, l’humilier d’une certaine manière, et le réconforter en public, il a été follement heureux. Et il a fait cet acte de foi superbe, qui est l’une des plus courtes et des plus belles professions de foi de tout l’Évangile : « Mon Seigneur et mon Dieu ! », comme s’il disait : « Je me suis trompé, quelle chance ! Seigneur je t’adore et je t’aime ! »

Lorsque j’étais enfant, on m’a appris à dire ces mots au moment de la consécration : « Quand le prêtre élèvera l’hostie, tu te mettras à genoux et tu diras : Mon Seigneur et mon Dieu ! » Mais on ne m’a pas expliqué comme il est beau de dire justement ces paroles-là, au cœur de la célébration eucharistique, quand le prêtre élève devant nous le corps de Jésus, éternellement vivant, à jamais victorieux de la mort, dans le mystère de sa Pâque.

Qu’à chaque Eucharistie, lorsque Jésus est présent au milieu de nous, descendu du ciel et offert comme un bon pain vivant pour nous nourrir, nous lui disions avec les mots de Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Card. Philippe Barbarin
Image associée

JOYEUSES PÂQUES 

à toutes et à tous!


Dans la joie de la résurrection, nous vous souhaitons de très belles fêtes de Pâques.

La résurrection du Christ, sa victoire sur la mort est le centre de notre foi chrétienne.

Par sa résurrection, le Christ sauve l'Humanité du péché et ouvre l'Espérance de la Vie éternelle.

Alléluia, Il est ressuscité, Il est vraiment ressuscité, Alléluia !

RESURRECTION DU SEIGNEUR B
HOMELIE de Père ALDO

« Le premier jour de la semaine… »

(Jean 20, 1-9)

C’est la Pâque du Seigneur ! Le temps du deuil et de la pénitence est terminé. Nos larmes et notre peine peuvent maintenant se résorber. Elles laissent place à la joie de la Résurrection, la joie de la Victoire sur la mort et le péché, la joie de la vie qui brille et se donne. C’est la Pâque du Seigneur, le jour de fête entre toutes les fêtes, le jour de la lumière et de la grâce, le jour où éclate l’amour, où le Dieu d’amour se révèle et se communique. C’est la Pâque du Seigneur, le jour où le Christ glorieux entre dans son Royaume et nous présente à son Père, enfants aimés depuis toujours et enfants choyés, accueillis sur le trône céleste. La Résurrection du Christ est notre victoire, notre espérance, notre avenir. Par elle, nous entrons dans un monde nouveau, le monde de Dieu, le monde de l’amour, le monde de la communion trinitaire. La Résurrection du Christ est notre résurrection, nous sommes non seulement sauvés mais sanctifiés et transfigurés, admis au cœur de la Trinité, dans les relations éternelles entre le Père, le Fils et le Saint Esprit. Jour de joie et d’allégresse, laissons s’exprimer notre amour pour ce Dieu qui donne, partage et nous reçoit.

1.       La Résurrection, jour de notre renaissance.

Le premier Jour de la semaine, le tombeau est découvert vide. Il est le signe de la nouveauté absolue qui commence avec le Ressuscité. Que faire d’un tombeau vide ? Pourquoi s’y attarder ? La Résurrection nous pousse de l’avant, nous projette vers l’avenir et cet avenir n’a de sens qu’en ce Dieu d’amour enfin totalement révélé et donné. Toute la liturgie, toute notre spiritualité, toute notre vie tendent vers la grâce obtenue et vers cette transformation intérieure tant attendue : nous naissons ce jour à la vie nouvelle, à la vie éternelle par le Christ, dans l’Esprit, pour la gloire du Père.

Nouvelle naissance : plongés dans le bain du baptême, nous sommes morts en Christ pour ressusciter en lui. Les sacrements poursuivent cette relation et cette transformation. L’Eucharistie nous met en communion directe avec la Trinité. La prière nous immerge dans l’amour. La grâce nous est donnée en abondance. C’est une nouvelle naissance, la naissance à la vie divine et à la grâce, la naissance que seul le miracle de l’amour peut accomplir, la naissance dans le monde divin !

Nouvelle vie : plongés dans la vie divine, nous obtenons une vie nouvelle, une vie illuminée par l’Esprit Saint et qui éclate de tous ses feux. La vie nouvelle est la vie même de la Sainte Trinité et la Trinité est Dieu d’amour. Notre vie est une vie vécue dans l’amour du Père, du Fils et de l’Esprit, une vie joyeuse et dynamique, regardant en avant tout en intégrant la Tradition et l’histoire, une vie qui devient vie éternelle dans l’éternité trinitaire et les relations divines. Seul le miracle de l’amour peut accomplir cela !

Nouvelle éthique : plongés dans les relations nouvelles en Christ, nous agissons et œuvrons selon notre nouvelle identité. Nos actes ne sont pas détachés de notre cœur et s’harmonisent avec notre transformation fondamentale. Ils sont expressions de nos dispositions intérieures et de notre amour. La conscience est éclairée, la responsabilité est avancée, la joie de vivre est illuminée. Nos actes correspondent à notre nouvelle naissance et à notre identité filiale. Nous pouvons vivre en paix et en liberté, car le Père fait de nous ses enfants, libres et heureux, à l’image de son Fils par la lumière de l’Esprit. Seul le miracle de l’amour peut faire cela et nous donner tant de liberté responsable !

Nouvelle relation : plongés dans l’amour trinitaire, nous naissons à une nouvelle relation. Dieu est notre Père et nous sommes ses enfants, Dieu est Fils et nous sommes ses frères et sœurs, Dieu est Esprit et nous partageons son amour. A Pâques, tout se transforme et tout s’éclaire : non pas esclaves ou serviteurs soumis, non pas craintifs ou pécheurs inconsolables, non pas perdus ou humanité en perdition mais fils et filles du Très haut, par le grâce du Christ ressuscité et la force d’amour de l’Esprit Saint. Nous sommes introduits au cœur de la Trinité pour partager éternellement l’amour des Personnes Divines. Seul le miracle de l’amour peut nous élever à ce point !

Le premier jour de la semaine, notre dimanche, notre jour de victoire et de dignité, notre jour de joie et de naissance, nous louons Dieu le Père par le sacrifice du Fils dans l’Esprit. Dimanche, ‘jour du Seigneur’, est le jour chrétien par excellence, le jour de l’action de grâce pour tant d’amour reçu et tant de grâce vécue. Qu’il brille chaque semaine comme une étoile dans nos vies mouvementées !

2.       La Résurrection, jour qui donne la grâce

Le tombeau est vide et il le reste parmi nous comme un signe de victoire et de promesse. Nous suivons maintenant le Christ et partageons sa lumière et son Esprit. La Résurrection a révélé son identité divine et sa relation, voilée durant sa vie terrestre, avec le Père. Ainsi, ses paroles sont Parole de Dieu, ses actions sont Œuvres de Dieu, ses gestes sont Gestes de Dieu, ses miracles sont le Doigt de Dieu. On n’échappe pas à l’amour, par création puisque tous créés par le Dieu unique ou par recréation car tous sauvés par le Fils Unique ! L’amour nous entoure de ses liens doux et tendres pour vivre dès à présent une relation nouvelle qui s’épanouira en relations éternelles.

La grâce d’être aimés : Pâques révèle tout l’amour du cœur de Dieu. Le Dieu Souverain pouvait vivre de sa relation trinitaire dans la totalité de son amour mais il a voulu nous partager cet amour. Sa création a été signe de son amour pour nous. L’Histoire Sainte a été parsemée de signes de son amour. L’Alliance a été le signe de sa volonté d’amour pour l’humanité. L’incarnation a été le signe de son amour concret pour nous, partageant notre humanité. La Passion et Résurrection de son Fils sont le signe de son amour éternel. Comment ne pas louer Dieu pour tant de grâce ? Notre histoire personnelle, avec ses hauts et ses bas, est aussi éclairée par son amour et sa grâce transformante.

La grâce d’être enfants de Dieu : Pâques révèle notre nouvelle identité. Il est bien difficile de vivre en fils/filles de Dieu car cela suppose responsabilité et liberté. Pourtant, pouvons-nous vivre autrement qu’ouverts à sa grâce et ainsi ouverts à notre responsabilité d’homme ? Nous sommes enfants de Dieu dans le Fils et nous pouvons vivre de son Esprit Saint, dès maintenant et pour l’éternité.

3.       Conclusion : l’amour à son apogée.

C’est la Pâque du Seigneur, aujourd’hui, le Christ se lève du tombeau et ouvre les portes du Ciel. Le Ciel est notre communion éternelle en la Trinité. Cette communion commence dès ici-bas.

C’est la Pâque du Seigneur, aujourd’hui, le Christ nous obtient la grâce du pardon et de l’amour. Nous vivons dès maintenant de cette grâce et de cet amour, jusqu’en éternité.

C’est la Pâque du Seigneur, aujourd’hui, nous sommes intronisés fils et filles du Père, par le Fils unique dans l’Esprit. Dès maintenant, la grâce filiale agit et ce, pour l’éternité, et ce, dans l’amour éternel de la Sainte Trinité.                         BONNES FÊTES DE PÂQUES                                                       A.B.